AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Restructuration du forum en cours
Revenez d'ici peu pour découvrir le nouveau PDM

Partagez | 
 

 La grande comédie... Acte 1 [pv :P ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roxann Evan's
élève nouveau(elle)
avatar

Masculin Nombre de messages : 40
Age : 26
Date d'inscription : 25/12/2007

Feuille de personnage
Age [RPG]: 16 ans
Mes relations:
Sexualité: Hétéro

MessageSujet: La grande comédie... Acte 1 [pv :P ]   Dim 6 Jan - 1:57

Il regarda le lointain. Ce dernier était ponctué d'éclairs. La pluie mouillait son visage, mouillait ses cheveux, mouillait ses épaules à travers le tissu de la légère chemis noire, mouillait ses mains, mouillait tout. Il retira prestemment sa chemise d'une seule main, le jetant derrière lui, offrant son torse nu et maigre, blême, à cette pluie tiède qui s'égoutte du feuillage. Il se mit à chanter faiblement, pour lui-même. Il ne savait plus où exactement il avait entendu cet air plutôt triste, mais il l'avait bien aimé, et l'avait appris par coeur. A capella, avec le bruit de la pluie et du tonnerre, le résultat était saisissant. Non pas qu'il chantait bien, mais il chantait juste, avec sa propre tristesse, son propre sentiment d'abandon, sa propre voix rauque, éraillée, disgracieuse mais si douce. Il chantait aussi pour fuir ses questions. Il ne voulait pas entendre ce qu'elle avait à lui dire, les mots qu'elle pronçait en le quittant.

Ses doigts s'agitaient, caressant les touches immatérielles d'un piano absent, sur la scène du théâtre de ses propres rêves.

" - Bonsoir...

Il ne leva même pas les yeux ne s'arrêta pas non plus de chanter faiblement, le front contre ses genoux.
Il savait que personne n'avait parlé. Tout ça n'était qu'illusion.
Il y eut un grand flash au loin, puis l'éclat du tonnerre. La scène disparut, les touches se firent fumée, le rideau s'abattit. Il cessa de chanter, releva la tête, ses yeux verrons étaient vides et inexpressifs. Il n'y avait personne, mais il répondit quand même, par politesse. Sa voix était pâle.

" - Bonsoir...

Dans la pénombre, il ne distinguait pas grand-chose. Il avait mal, mal à en crever, mal à la tête, mal dans sa peau, mal au coeur.
Assis sous un cerisier en fleur, au milieu du parc et de l'hiver, dans la neige, et sa vieille guitare de luthier étendue dans sa housse à côté de lui, Roxann se demanda s'il devenait fou. Alors, il s'arrêta de chanter et de jouer du piano, et quelque part dans le public de l'Opéra de Londres, où tout le monde avait accouru voir le gamin prodige qu'il était à 9 ans, quelqu'un applaudit.

Maintenant, il court. Il se met toujours immanquablement à courir. Aucune sensation, il ne fait ni chaud ni froid. C'est définitivement étrange, comme endroit. Autour de lui, tout est blanc comme neige. Il ne distingue rien, rien que du blanc. Il sait qu'il est dans une pièce. Comment ? Allez savoir, il le sait, c'est tout. Aucun mur, pas de plafond, il n'aperçoit même pas de plancher. Il semble vraiment marcher dans le vide, ou plutôt courir. Toujours rien, rien que l'écho de ses pas, et personne en vue. Il a l'impression de courir pendant des jours, des semaines, des mois, mais aucune fatigue ne vient ralentir sa course éperdue. Puis, au bout d'une durée indéterminable, il s'arrête. devant lui, une silhouette se tient debout. Elle le regarde, et lui aussi. La clarté aveuglante du blanc autour de lui l'empêche de distinguer ses traits. Il s'avance, s'arrête à nouveau, s'approche encore un peu plus. Il n'à plus qu'à tendre la main pour la toucher. Elle lui parle, la silhouette.

" - Alors, toi aussi ? ...

Il tend la main pour caresser son visage, effleurer ses cheveux, suivre la courbe de son cou et la ligne de ses épaules. Mais elle se dérobe sous ses doigts, semble disparaître, partir en fumée. Il essaie de crier, hurle pour de bon, mais aucun son ne franchit ses lèvres. Autour de lui, la clarté du blanc est de plus en plus forte, devient insoutenable.


Il ouvre les yeux. Sans vraiment s'en rendre compte, il s'est levé. Hagard, il regarde un instant autour de lui, comme un gamin perdu, et se rassied au pied de son cerisier.

Où sont donc passés sa gaminerie, son effronterie, son sans-gêne, son comportement de gamin de 8 ans, son sourire amusé, sa bonne humeur scotchée au visage que tout le monde connaissait ? Où était donc passé l'autre lui qu'il s'était inventé en arrivant ici, celui qui ne connaissait pas la tristesse ni la peur, ni les questions embarassantes ?
Et si tout n'était rien d'autre qu'une grande comédie ?
Non, non, bien sûr que non ! On ne peut pas passer son temps à "jouer".
De toute façon, le cadre est trop irréaliste pour que ceci soit vrai.

Faudra en toucher deux mots au metteur en scène, tiens.
Revenir en haut Aller en bas
http://shima.heavenforum.com
Shin's
élève nouveau(elle)
avatar

Féminin Nombre de messages : 42
Age : 27
Date d'inscription : 05/01/2008

Feuille de personnage
Age [RPG]: 17 balaiiis TT
Mes relations:
Sexualité: hétéroO

MessageSujet: Re: La grande comédie... Acte 1 [pv :P ]   Dim 6 Jan - 2:41

Perdue dans la Nuit, perdue dans l'oubli... Shin's avançait, reculait, noyée dans cette obscurité imaginaire.. Personne n'était autour d'elle. Seule. Comme toujours. Personne pour l'aider, lui tendre la main.. Mais qu'espérait-elle, au fond ? Le labyrinthe n'a qu'une sortie... Une seule porte permet le repos.. Eternel. Elle soupire, tribuche, et s'effondre sur le sol. Il est froid, comme elle. Prudente, elle ne se reléve pas tout de suite, et attend un peu.. "Calme toi, calme toi.. " Elle tente de se raisonner.. Impossible. Il ne le veut pas. Il reste là. Debout devant elle. Il ne lui tend pas la main, ne la secours pas. Autant le dire :
Il s'en fout.
D'ailleurs, il en a toujours était ainsi. Ses méches blonds cachent ses yeux.. Ce regard qu'elle a autrefois tant aimé, tant regarder ! Comment se fait-il qu'il... Elle secoue la tête. Stop, s'en est trop. Elle ne tient plus. Mais lui, lui reste là. Il l'observe, et le sourire qui se dessine sur ses lévres n'apporte pas la paix au coeur de la demoiselle.. Il semble s'amuser. Elle a peur. Comment sortir ? Comment quitter cet endroit, bien trop familier ? Soudain, le monde s'écroule sous elle. Il l'a touchée. Elle reléve les yeux, et plante son regard dans le sien. Ses doigts effleurent la peau de Shin's. Elle frissonne, incapable de bouger, et de protester... Ne serait-elle qu'un jouet, entre autre, pour lui ? Finalement, il avait raison.. Elle n'avait aucune volontée.

Amusant comme le monde est différent, comme les rêves changent d'une personne à une autre.. Pourtant, les papillons sont toujours les mêmes. Ils voyagent de songes en songes, apaisent les dormeurs, puis s'en vont. Tout le monde souffre. Tout le monde pleure. Alors, pourquoi elle, ne passe son temps qu'à pleurer ? Pourquoi n'a t-elle plus sourit depuis ce jour ? Ce jour où ses émotions s'en étaient allées, la quittant à jamais ? Ce jour où.. Il était partit, la laissant deriére lui ? Entourée de souvenir, une jeune femme sanglote dans un monde fictif. Elle le sait, elle ne peut compter sur aucun mortel. Son erreur ? D'avoir cru en ses rêves. Il était trop parfait, c'était bien voyant.. Alors.. pourquoi son coeur saigne-il autant ? Elle avait été prévenue, pourtant..

Mais il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.. Elle aurait dû écouter les autres, voir même écouter cette petite voix, en elle, qui n'avait cesser de lui répéter qu'il ne fallait pas ...
Maintenant ? Elle s'en veut.
Devenue funambulle, équilibriste sur un fil tendu au dessus de la Vie, de Sa vie, sa position est précaire. Elle le sait. Déchirée entre le passé et le présent, elle ne rêve plus. Petite fille à disparue. Emportant l'espoir avec elle. L'imagination commençe avec l'espoir. Elle, n'en a plus. Elle ne croit plus en rien, n'a plus goût à la vie...


Shin's..


Il murmure son nom, à la lueur de la lune. Ses yeux vrillés dans les siens, elle ne peut les quitter. Elle ne le veut pas non plus, d'ailleurs. Il s'en amuse. Ses doigts parcourent sa gorge, prét à l'achever.. La fin de d'une vie est si vite arrivée.. Mais soudain, une lueur farouche apparait dans le regard de la victime. Elle pose sa main sur le sol gelée, et se releve, lentement... Ses iris deviennent sombre. Elle ne pense plus. D'un geste brusque, elle le repousse.

ça suffit.

Sa voix. A elle. Depuis le temps qu'elle ne l'avait plus entendue ! Depuis.. Combien de temps, au juste ?
Elle avançe, et il la lâche. Mais ne la quitte pas des yeux. Confrontation muette, combat perdu d'avançe pour elle. Elle n'ira pas loin.. Le cauchemard ne la quitte pas. Pas se soir, du moins. Il lui faut ouvrir les yeux, elle ne doit pas.. S'avouer vaicue.. Tout à coup, sa main touche une substance froide. Ses pupilles lui montrent le monde. Lui, disparait.. Il reviendra la prochaine fois.. Elle se redresse.. Tout d'abord étonnée devant l'heure qu'il semble être, elle regarde sa main. De la neige...

Il lui faut un temps pour qu'elle se reconnecte.. Mais lorsque la chose est faite, elle réalise. L'aprés midi.. les cerisiers.. Un vent frais lui ébouriffe les cheveux.. Ses prunelles parcours l'horizon. Bizarrement, rien n'a changer en quelques Heures.. Elle hésite à se recoucher.. Mais elle Le redoute.. Alors, son regard glisse sur les arbres, mais s'accroche à une silouettte..

Si prés... Et si loin à la fois..

La personne est debout, mais en un éclaire, elle est assise... Shin's se redresse un peu, laissant deriére elle le cauchemard.. Elle ne doit pas y penser.. Alors, elle se relêve, et court vers l'ombre.. C'est un homme... Epuisée par tant de souvenirs, elle s'écroule à ses pieds, en murmurant :

Pardon..



[ Euh... tes impressions ? Un peu nul, je pense.. Jm'amélioreraiiis proomiiis! ]
Revenir en haut Aller en bas
 
La grande comédie... Acte 1 [pv :P ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA GRANDE EPIDEMIE - Dernier acte
» LA GRANDE EPIDEMIE - acte 1
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de Manga :: Hors-Jeu :: Anciens RP :: La Ville :: Le parc-
Sauter vers: