AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Restructuration du forum en cours
Revenez d'ici peu pour découvrir le nouveau PDM

Partagez | 
 

 Par un soir de pluie [PV Riuka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heks Metherlance
élève nouveau(elle)
avatar

Masculin Nombre de messages : 35
Age : 30
Humeur [RPG] : Médecin scolaire
Date d'inscription : 10/06/2009

Feuille de personnage
Age [RPG]: 25
Mes relations:
Sexualité: hétéro

MessageSujet: Par un soir de pluie [PV Riuka]   Mar 23 Juin - 23:20

Le temps n’était pas au beau fixe. La pluie martelait les fenêtres nues de tout apparat de l’appartement d’Heks. Pas de rideaux, pour cacher ce ciel noir en fureur. Au loin, des éclairs semblaient se dessiner, mais ils n’étaient pas dans Tokyo même, si bien que leur fracas en était inaudible. Le jeune homme était debout, face aux fenêtres et contemplait ce triste désastre, un verre de jus de fruit à la main. Il sirotait lentement, ne s’imaginant pas une seule seconde le déroulement de sa soirée qui n’en était qu’à son prélude. Le jeune médecin détourna son regard de cette apocalypse miniature pour le tourner vers les murs nus de sa cuisine. Rien n’était superflus, il n’y avait guère de choses. Un réfrigérateur dans le coin du mur, un meuble au dessus du plan de travail jouxtant le frigo pour y mettre les denrées alimentaires et une table avec deux chaises. Il ne recevait guère de monde, et quand cela lui arrivait, alors il utilisait la table du salon qui comportait quatre chaises et qui était également de meilleure facture. Son salon était meublé plutôt simplement. Un canapé, deux fauteuils, une télévision écran plat de bonne qualité avec un petit bar en merisier le long du mur face à la cuisine. Quelques bouteilles d’alcool à l’intérieur pour les rares occasions où ils s’en servaient. Au plafond, un lustre éclairait, non pas à la bougie, mais avec quelques lampes basse consommation. Tout était acquis lors qu’il travaillait à l’hôpital. Il avait un si bon salaire que la plupart des biens de son appartements avaient été achetés deux à trois mois après sa première paye. Il ne payait pas de loyer puisqu’il avait acheté le loft lui-même. Les murs étaient blancs, éclairant la pièce qui semblait si sombre. Il secoua la tête, l’air déconfit et posa son verre sur la table de la cuisine avant de se diriger vers la salle de bain.

L’intérieur était le reflet de la maison entière. Simple, un peu nue, mais bien agencée, sans superflu. Il se dirigea vers sa chambre, se dévêtit, prit une serviette de sa commode et prit une douche chaude amplement mérité. Il réfléchissait à son travail, à son avenir. C’était tout de même un métier tranquille qui l’occupait, avec ses rebondissements, ses joies et ses peines. Mais jusqu’à présent, rien ne lui avait donné envie de partir. Le visage d’une étudiante se grava devant ses yeux, avant de la chasser d’une bonne rasade d’eau sur la figure. Pourquoi pensait-il à elle comme ça, à cette période de la journée ? Il la savait agréable, gentille, mais devait laisser le travail où il était. Mais il était dans sa nature de s’attacher aux gens, et il avait donné sa parole à la jeune fille de l’aider quoi qu’il arrive. Il n’y renoncerait pour rien au monde. Il tourna les boutons de la douche et se sécha après avoir fait un brin de toilette. Tout propre, il n’avait cependant pas le courage de se coiffer, laissant ses cheveux aplatis sur son visage, une mèche lui masquant l’œil droit d’une attitude rebelle. Il mit ses affaires dans le bac à linge et pénétra dans sa chambre. Il y sortit une chemise, un pantalon de costume et s’habilla. Ses pieds nus quittèrent la moquette de sa chambre pour fouler le sol, emmitouflé dans ses chaussons. Il s’installa dans le salon, alluma la télévision et regarda une émission pendant quelques minutes avant d’entendre quelqu’un frapper à sa porte. Il jeta un œil à l’heure affiché au dessus de la tv et éteignit cette dernière. Il se dirigea d’un pas sur vers la porte d’entrée, se recoiffa brièvement d’une main et ouvrit la porte. Il resta stupéfait une seconde avant de s’écarter du passage.

- Entre, vite, tu dois mourir de froid dehors. Qu’est-ce qui t’amène ? Viens t’installer dans le salon, tu vas me raconter tout ça. Je vais te chercher une serviette pour te sécher les cheveux. Je dois en avoir une dans la salle de bain.


Il se dépêcha d’atteindre la salle de bain, prit une serviette propre qui n’attendait qu’à être en service et passa par sa chambre prendre une chemise propre aussi. Elle serait un peu grande, mais au moins ne serait-elle pas mouillée.

- Tiens, enfile ça aussi à la place de ta chemise. Je vais te préparer une boisson chaude. Tu préfères un thé, un café ?

Heks semblait affolé. Voir la jeune fille trempé l’avait mis dans un tel état qu’il essayait de la mettre à l’aise le plus vite possible mais avec une certaine maladresse quoiqu’amusante.
Revenir en haut Aller en bas
Riuka
élève nouveau(elle)
avatar

Féminin Nombre de messages : 39
Age : 29
Signe distinctif : Skyzophrène
Date d'inscription : 28/02/2008

Feuille de personnage
Age [RPG]: 17
Mes relations:
Sexualité: Hétérosexuelle

MessageSujet: Re: Par un soir de pluie [PV Riuka]   Mer 24 Juin - 0:27

Tout semblait désert, une ruelle éclairée aux allures lugubres en cette nuit si sombre. Tous les habitants étaient rentrés chez eux, emmitouflé sous leur parapluies tristes. Seul des bruits de course dans les flaques d'eau, rapides et nerveuses, le son de l'essoufflement au coin d'une rue. Elle se plaqua contre la pierre nue de la maison, cherchant à reprendre son souffle en regardant d'un œil apeuré la ruelle qu'elle venait de quitter. Au loin, des voix raisonnaient, moqueuses et graves, elles se rapprochaient en riant et l'appelant. La créature en fuite repartit, pied nu dans les flaques noires et froides, quand avait-elle perdu ses souliers ? elle ne savait pas, cendrillon avait dû se débattre pour fuir ainsi. Elle était comme un animal traqué dans la ville, une proie en perdition, une chair fraiche à mordre, il fallait qu'elle trouve comment s'échapper. Ses larmes n'avait toujours pas quitté ses yeux, elle évitait de sangloter, sa traque aurait été plus simple alors, elle se contentait de courir sous la pluie battante. Elle parvint enfin à se débarrasser des gêneurs, des hommes à qui Diva avait promis son corps, et qui voulaient leur dû. Riuka tomba à genoux dans au sol exténuée, son corps faible et meurtrit tremblait de tout ses membres, une créature faible et malade. Elle se releva en titubant et avança, au hasard des routes, chutant par moment ou s'appuyant sur une façade à portée, plus froide encore que la pluie. Elle sanglotait à nouveau, semblable à une Witch, une complainte longue et mélodieuse.

Elle trouva enfin un quartier qu'elle connaissait, enfin, une image se greffa dans son esprit, une idée, elle avait encore plus peur, mais cette fois peur d'être repoussée, peur d'être flanquée dehors comme un déchets, ne plus avoir le statut d'animal même. Elle tomba à nouveau et en oublia sa peur, le froid la gagnant. Elle marcha en boitillant vers une porte qu'elle ouvrit et monta, les étages dont elle se rappelait, jusqu'au numéro inscrit dans sa tête. Là, elle frappa, avec le peu de force qu'il lui restait, le son se perdant dans son esprit jusqu'à ce qu'un peu de lumière vint caresser son visage. Elle ne leva pas les yeux, les larmes ne s'étant pas dissipées derrière un rideau de cheveux ébènes encore parcourus de goutes. Elle l'entendit parler et partir, mais elle ne comprit pas ce qu'il disait, elle resta plantée là, attendant, ses genoux flageolant finissant par céder. Elle se retrouva assise à terre, et le vit revenir, lui offrant une serviette et une chemise. Elle leva enfin les yeux et prit doucement la serviette elle la posa sur sa tête et déboutonna sa chemise en prenant soin de ne rien dévoiler, elle enfila celle donnée par le doc et fut surprise à quel point elle la trouvait chaude, sans doute est-ce relatif à sa température à elle. Elle la boutonna proprement et cela lui donna un peu plus de force. Ruika finit par se relever et rejoindre le salon, serviette toujours sur la tête, elle observa les alentours, c'était très sobre, pas de tableaux ou de bibelots. Elle lui répondit d'une voix éteinte.

- Je suis désolée de vous déranger si tard... Je... me suis perdue.


Mentit-elle assez mal, elle ne pouvait pas lui dire qu'elle avait fuit un tel traquenard. Elle se massa la tête mais les forces lui manquaient, elle n'osait s'assoir de peur de tout tremper, elle ne put cependant s'empêcher de remarquer la tenue moins ostentatoire de son hôte. Sa coiffure, sa chemise non tirée et ses... chaussons. Ce ne fut qu'à cet instant qu'elle se rendit vraiment compte qu'elle était entrée dans sa vie privée, rien que le voir ainsi aurait dû être son intimité et elle n'avait rien à faire là.
Revenir en haut Aller en bas
Heks Metherlance
élève nouveau(elle)
avatar

Masculin Nombre de messages : 35
Age : 30
Humeur [RPG] : Médecin scolaire
Date d'inscription : 10/06/2009

Feuille de personnage
Age [RPG]: 25
Mes relations:
Sexualité: hétéro

MessageSujet: Re: Par un soir de pluie [PV Riuka]   Mer 24 Juin - 19:23

Heks n’était heureusement pas fatigué. Ce ne semblait pas être le cas de Riuka qui, bien que trempée, semblait au bord de la dépression physique et nerveuse. Il lui prépara un thé chaud qui posa sur la table basse du salon, faisant face au canapé, et le posa dessus avec un sous verre en prime. Il déplaça les coussins et pria la jeune fille de s’asseoir. La priorité n’était pas de sauver son mobilier qui ne souffrirait pas d’autant de réserve, mais plutôt l’état de la jeune fille qui était affligeant. Trempée par l’averse, pieds nus, tremblante. Il secoua la tête, se dirigea vers la porte d’entrée et la ferma à clef. Désormais, plus personne ne le dérangerait. Il coupa son téléphone portable, et s’assit à côté de la jeune fille. Il lui sourit, et lui dit après un clin d’œil :

- Ne t’inquiètes pas, tu ne me déranges pas. Ne t’avais-je pas dit que ma porte resterais ouverte quelque soit l’heure et le jour ? Je vais te laisser reprendre tes esprits. Bois le thé chaud. Ce sont des feuilles de thé vert de Chine. Elles ont bon goût.

Il lui ébouriffa les cheveux avant de se diriger vers la cuisine et de sortir d’un placard quelques petits gâteaux qu’il disposa sur une assette à dessert et qu’il posa sur la table du salon.

- Si tu as faim, mange autant que tu veux. Le chocolat, c’est bon pour le moral. Prend ton temps pour reprendre ton souffle. L’urgence est à ta santé pour l’instant. Je vais mettre ta chemise à sécher si tu le permets.

Il se déplaça une nouvelle fois vers la salle de bain où il attacha avec des épingles à linge la chemise bleutée de la jeune fille. L’air chaud ambiant la sècherait rapidement. Il retourna auprès de l’étudiante, et s’assit à côté d’elle. Il avait l’air un peu inquiet. Elle était comme terrorisée de ce qui s’était passé quelques temps avant, et le doc n’en savait rien. Il attendit patiemment quelques minutes avant de tenter de la réconforter.

- Tu ne risques rien ici, tu es en sécurité. Rien ni personne en viendra ici te faire quoique ce soit, je te le promets.


Heks resta posé sur le canapé, la chemise mal mise et ses cheveux un peu en pétard. Mais il était plus négligeant de sa propre personne que des autres, surtout quand il s’agissait de les sauver ou d’apporter un quelconque secours. Il redoutait bien sûr le pire : Diva. Quelques temps auparavant, Riuka lui avait confié que Diva prenait un malin plaisir à jouer avec son corps et ainsi laisser la jeune fille encaisser les dégâts. Etait-elle partie avant ou après ? Il espérait de tout cœur qu’elle n’avait rien eu, car il aurait eu grand peine à la consoler. En était-il capable ? Quand il s’agissait d’aider médicalement les gens, il était très apte, mais pour le soutien moral, il se montrait maladroit, n’utilisant pas les bons mots. Il dévisageait la jeune fille avec un air inquiet. Il se rassurait du fait qu’elle soit venue chez lui. Au moins ne risquait-elle rien ici, dans son appartement. Qu’aurait-elle fait autrement à part parcourir les rues, se perdre, voir tomber sur des personnes mal intentionnées ? Il restait à l’écoute de la jeune étudiante, une écoute attentive.

- Tu as des soucis ? Tu sais, tu n’es pas obligée de me répondre, mais je suppose que si tu es venu, ce n’est pas pour une visite de complaisance. A voir ton état … tu à l’air d’avoir parcouru un cent mètre à pleine vitesse sous ce déluge. Tu as des ennuis ?
Revenir en haut Aller en bas
Riuka
élève nouveau(elle)
avatar

Féminin Nombre de messages : 39
Age : 29
Signe distinctif : Skyzophrène
Date d'inscription : 28/02/2008

Feuille de personnage
Age [RPG]: 17
Mes relations:
Sexualité: Hétérosexuelle

MessageSujet: Re: Par un soir de pluie [PV Riuka]   Jeu 25 Juin - 1:37

Riuka resta silencieuse pendant quelques secondes mais elle accepta cependant de s'assoir et ne bougea plus tellement. Elle commençait à sentir la chaleur un peu immerger son corps et la réconfortait, juste assez pour lui rendre un peu de lucidité. Il lui offrit une tasse chaude, sous ses yeux, elle pouvait sentir son parfum et sa chaleur lui caresser le visage. Elle ferma les yeux quelques secondes le temps pour lui de passer la main dans les cheveux froids et humides de la jeune fille encore tremblotante. Il ne cessait de partir pour revenir, elle sentait sa panique et son stress, cela lui faisait tourner la tête. Il lui dit alors qu'elle ne risquait rien ici, que rien ne viendrait la déranger. Elle baissa la tête, les larmes recommençant à affluer. Elle se souvenait de tout, la chaleur lui rendant la sensation de la peau contre la sienne plus douloureuse encore, elle se demanda si ce n'était pas un rêve, non, un cauchemar plutôt ! elle hésita et leva la manche de la chemise trop grande pour elle, la main tremblante, elle y découvrit des traces rougeâtres de mains rocailleuse, enserrant son poignet avec force. Elle sentit chaque douleur avec plus d'ampleur, elle les revoyait l'attraper par les bras et la pousser violemment vers l'arrière, comment leur a-t-elle échappé ? Elle sanglota en ôtant la serviette de sa tête et se laissa tomber de coté, tombant sur le coté du médecin.

- Elle m'a amené dans une rue que je ne connaissait pas, là bas il y avait... eux... Deux... Ils semblaient l'attendre, ils ont parlé et j'ai compris, du coup j'ai pris peur alors j'ai repoussé Diva et j'ai voulu m'en aller mais ils ne voulaient pas... Ils voulaient m'obliger à... Mais ils m'ont frappée... j'ai réussi à partir mais ils m'ont suivit... J'ai couru... encore et encore et quand je me suis arrêtée je m'étais perdue...

Elle sanglotait toujours, pas de façon effrénée ou capricieuse, mais elle essayait de se calmer sans y parvenir, malgré le fait qu'elle sente la douce chaleur d'une âme bienveillante. Elle avait peur, encore, peut-être la chaleur corporelle du médecin lui rappelant de tristes souvenirs trop récents, mais elle cherchait à se rassurer, se prouver qu'elle était vraiment saine et sauve. Elle restait pudique, même dans sa façon de garder un contact avec lui, elle ne voulait pas le collait, mais affaissait sa tête contre sa cage thoracique de de façon à être sous son bras, ou sous son aile... Elle lui dit doucement.

- Au final mes pieds sont venus tous seuls ici... Je n'ai pas réfléchit mais comme j'avais mémorisé votre adresse, c'est venu spontanément.

Avoua-t-elle, doucement, se sentant partir dans un mélange de honte et de tristesse. Elle ne savait plus où elle en était, qu'était-elle ? Si Diva était réellement partie intégrante d'elle même, était-elle aussi vicieuse et obsédée qu'elle ? Méchante et joueuse ? qu'est ce que cela voulait dire ? Elle n'y comprenait rien, le doc lui même devait la prendre pour une sale fille, une mijaurée en pleine ébullition d'hormones. Pourquoi fallait-il qu'elle cause autant de problèmes ? Ses poignets lui faisaient mal tant elle avait tiré au harnais, tant elle s'était débattue, alors non, elle n'était pas une de ses adolescentes en manque de quoi que ce soit sinon de choses honnêtes et pures. Elle voulait tellement mener une vie paisible et sage, trouver un travail un époux des enfants, les voir grandir et enfin mourir et puis point final ! Pourquoi devait-elle avoir une double vie ? Un double habitant ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par un soir de pluie [PV Riuka]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par un soir de pluie [PV Riuka]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat de Manga :: La Ville :: Autres lieux-
Sauter vers: